Attention : Cheval de Troie !

Qui est le Cheval de Troie en 2017 ?

« cheval-devant-troieAprès avoir vainement assiégé Troie pendant dix ans, les Grecs ont l’idée d’une ruse pour prendre
la ville :
Épéios construit un cheval géant en bois creux, dans lequel se cache un groupe de soldats menés par Ulysse. Un espion grec, Sinon, réussit à convaincre les Troyens d’accepter l’offrande, malgré les avertissements de Laocoon et de Cassandre. Le cheval est tiré dans l’enceinte de la cité, franchit donc les portes Scées[note 1], les Troyens font alors une grande fête.

Lorsque les habitants sont pris par la torpeur de l’alcool, la nuit, les Grecs sortent du cheval et ouvrent alors les portes, permettant au reste de l’armée d’entrer et de piller la ville. Tous les hommes sont tués, les femmes et les filles sont emmenées comme esclaves. Les enfants mâles sont tués eux aussi pour éviter une éventuelle vengeance.cheval-de-troie » : source Wikipédia le 24 Février 2017

 

 

 

 

 

La version du Cheval de Troie, adaptée au contexte politique français lors de l’élection présidentielle de 2017 :

« Après avoir vainement cherché à prendre le contrôle direct de la Puissance Publique, le monde la finance a l’idée d’une ruse pour prendre le contrôle de l’Etat. : Ils construisent en peu de temps un candidat creux, qui cache un Programme de guerre totalement conforme à leurs espérances les plus folles. Un candidat à l’élection Présidentielle, collaborant avec le candidat creux réussit à convaincre les électeurs d’accepter l’offrande, malgré les avertissements de la société civile et de certains candidats. Le cheval est tiré dans l’enceinte du pouvoir, franchit donc les portes d’entrée. Les puissances financières font alors une grande fête.

Une fois l’élection du champion prononcée, le candidat creux sort de sa cachette, ses amis des puissances financières demanderont des services, des renvois d’ascenseur pour avoir financé sa campagne médiatique, pour l’avoir fabriqué, pour avoir abusé les instituts de sondages, pour l’avoir aidé à rentrer dans la place….

Fin de la métaphore !

Tout le monde aura compris que Emmanuel Macron est un cheval de Troie, que si il ne se dit ni de droite, ni de gauche, que l’on ne sait pas où il va alors dans ce cas comme dis le proverbe Africain : «  Si tu ne sais pas ou tu vas, regardes d’où tu viens ! » et là cela nous donnera une petite idée de la destination du bonhomme…

Là où c’est terrible avec Macron c’est qu’il préfigure la fin de la Politique démocratique telle que on l’a connue, c’est-à-dire la fin de la dialectique gauche/droite et donc qu’à ce titre il est effectivement anti-système. Cependant cette dialectique gauche/droite vise à être remplacée par une autre qui est : « qu’est-ce qui est Bon pour le monde de la finance et soutenable par la société française ? »
C’est comme cela que l’on peut lire les lois Macron, comprendre son programme et faire cela coïncider avec la « Commission pour la libération de la croissance » qu’il avait co-présidé.

Sa force est de vouloir relancer la croissance mais cela au travers de chiffres et en dépit des citoyens du caractère humain des gens que nous sommes.
Nous passerons donc insidieusement d’un mode de gouvernement dit démocratique vers un mode de gouvernement ploutocratique

 

A bon entendeur !

Comment Trump est-il arrivé là ?

2017-observatoire-des-inegalitesDepuis que Trump a été élu, je suis assez surpris du déchaînement médiatique en sa défaveur. Je ne comprends pas que avant son élection tout le monde critiquait le système, tout le monde trouvait que tout allait mal, que l’économie était « Out of order », que la politique avait viré à la dictature de l’oligarchie, que l’on était à deux doigts d’une troisième guerre mondiale, que le chômage était le diable sorti de sa boîte, que les américains malgré le très symbolique et très charismatique Barack Obama voulaient contrôler la totalité de la planète… et j’en oublie certainement….

Aussi la démocratie américaine s’est elle pour une fois exécutée et a exaucé les voeux de tout le monde et a installé au cœur du pouvoir un homme qui veut relancer l’économie de son pays, ne fait pas partie du système politique américain, veut créer des emplois dans son pays, s’efforce d’exécuter le mandat que lui a donné son peuple, veut faire copain-copain avec le pire ennemi des USA (la Russie), veut expulser le chômage hors des frontières du pays, veut absolument désengager les états-unis de ses alliances internationales (Otan, Tafta, traité Trans-pacifique,…), certes il est tout aussi symbolique que Barack Obama mais certainement pas aussi charismatique mais en gros il est exactement ce que tout le monde espérait,… Non ????

Aussi pour comprendre comment Trump était arrivé là, j’ai cherché à mieux connaitre les Etat-Unis actuels et pour faire simple je vous propose d’écouter deux personnes qui donnent séparément le même avis sur l’économie américaine mais toutes les deux dénoncent deux choses :

  1. les chiffres enjoliveurs que l’on nous donne sur l’économie américaine sont trompeurs, ils ne traduisent que la performance financière mais que la performance sociale notamment, est absolument catastrophique…
  2. Nous sommes dans un système qui a complètement oublié les gens pour ne s’intéresser qu’à la Finance….

 

Aussi, compte-tenu de cela je me dis que l’on peut comprendre que les américains qui ne sont pas plus bêtes que les français, ont fait ce qu’il espérait aussi ne comprends-je pas les médias qui semblent avoir un parti pris contre Trump…. Il me semble qu’un journaliste quel qu’il soit se doit de prendre du recul par rapport à une situation et replacer les choses dans leur contexte, or visiblement avec Trump et même avant ce n’est pas le cas, on a la sensation que les journalistes ne font qu’amplifier la force du vent qui pousse et ils soufflent tous comme un seul homme dans la même direction…

Nonobstant que le personnage Trump est très particulier et ne fait pas dans la dentelle mais chacun de ses faits et gestes doit être pris et analysé pour ce qui y est dit et ce qui y est fait, l’on devrait s’interdire vis-à-vis de lui de tout procès d’intention….

reprise le 5 Février 2015….

Toujours afin d’essayer de comprendre ce qui se passe dans la société Américaine, je donne ci-dessous le taux de chômage officieux de l’économie américaine :

20170101-unumployement-data-series

On voit donc bien là que les statistiques officielles ne collent pas du tout avec les statistiques officieuses,…. mais là ou la chose est plus surprenant c’est quand les statistiques officielles donnent l vraie ampleur du désastre et là c’est le cas avec l’OCDE qui dans son rapport déclare que de tous les pays de l’OCDE celui qui a le plus fort taux de pauvreté c’est…. les Etats-Unis :  2017-observatoire-des-inegalites (La pauvreté dans les pays riches 16 janvier 2015 – De 13 % au Danemark à 24 % aux Etats-Unis, le niveau de pauvreté varie de façon considérable entre les pays riches et selon si l’on considère le coeur de la pauvreté ou la pauvreté élargie.)

to be continued….

 

 

 

A méditer…

Les Etats-Unis s’apprêtent à commémorer le 225ème anniversaire de l’institut d’émission de monnaie et pour ce faire s’apprêtent à sortir une pièce en Or représentant une femme noire.

Ci-joint l’article de l’Express correspondant ou si vous préférez celui du New-York Times
Incontestablement le symbole est fort et noble à porter au crédit de ce grand pays. Toutefois il faudra  s’assurer que Trump et ses copains du KKK n’empêcheront pas la sortie de cette pièce…

Du coup la question se pose de savoir à quand en France une telle pièce serait-elle possible ?

Une chose est sûre tant que l’on sera sous le cours de l’Euro cela ne sera pas possible pour la bonne et simple raison que l’Euro étant une devise multi-nationale ( une vingtaine de pays) on ne pourra pas faire figurer les exemples historiques de chaque pays…. Il suffit de regarder les billets d’Euros actuels pour s’en rendre compte.

Dès lors la réponse est simple, un billet ou une pièce à l’effigie d’un personnage afro-descendant ou africain ne pourra avoir cours en France que si la France recouvre sa souveraineté monétaire.

A ma connaissance le seul parti qui propose une telle perspective est l’UPR qui exige de redonner à l’état français la possibilité de battre monnaie et à ce moment-là la monnaie qui aura cours légal sera le Franc et l’UPR propose de créer un billet de 100F qui aura d’un côté le général de Gaulle et de l’autre le gouverneur du Tchad en 1940 qui était Félix EBOUE qui sera le premier homme politique français à rallier de Gaulle à l’issue de l’appel du 18 Juin 1940. C’est d’ailleurs à partir de l’Afrique que sera organisée toute la résistance armée de libération de la France…

Bon, le billet gagnera à être amélioré mais pour le moins l’idée est déjà actée à l’UPR :

le Billet de 100F prévu par l'UPR
Billet de 100F proposé par l’UPR lors du retour à une monnaie nationale le Franc.
Lady Liberty Black made in USA
Pièce en or de 24 carats est censée « symboliser la diversité culturelle et ethnique » du pays USA devant être produite courant 2017…

Présidentielles 2017 semaine 2 : Marine Le PEN sur les réfugiés Syriens

Les arguments de Marine Le PEN qui consistent à dire que l’on donne trop de travail, trop d’argent, trop de soins, trop d’avantages aux réfugiés Syriens alors même que les français n’en ont pas assez pour eux mêmes est bien entendu une honte du point de vue  moral et humain mais c’est surtout raisonner à courte vue….

Madame Le Pen et bien d’autres responsables politiques français oublient un peu vite que si il y a des réfugiés Syriens cela est grandement dû aux agissements des Français, des Anglais, des Américains, des Saoudiens, des Qataris et bien d’autres…

Je me permettrai de rappeler que tout part de la collaboration active (pour ne pas dire plus) du gouvernement français avec l’opposition Syrienne. J’en veux pour preuve cette intervention de F. Hollande qui en 2012 décide que la gouvernement de Bachar El-Assad n’est plus le gouvernement légitime de la Syrie : La France reconnaît l’opposition Syrienne unifiée comme seule représentante du peuple Syrien. (nous sommes en droit de se poser la question de savoir comment un démocrate, donc qui prône le pouvoir du peuple, peut s’arroger le droit unilatéralement de décider pour un peuple qui n’est pas le sien de ce qui est bon pour ce peuple ou pas, est-ce à dire que les Syriens sont immatures, inaptes et incapables de se gouverner eux-mêmes ???

Il s’agit là d’un colonialisme qui se veut humanitaire…

Seulement les décisions et actions de MM Hollande et Fabius ont encouragé cette guerre civile. M. Hollande a reconnu avoir enfreint l’embargo décidé par l’ONU très tôt afin d’armer l’opposition Syrienne ( pour preuve les confessions qu’il a faites à Xavier PANON dans le cadre d’un livre écrit par ce dernier). M. Fabius est poursuivi par 14 civils pour avoir encouragé la branche syrienne d’Al Qaïda à « commettre des crimes de masse »(à voir ici). Le Ministre des Affaires Etrangères avait en effet affirmé que « Bachar Al Assad ne mérite pas d’être sur cette terre »

et que le groupe terroriste Al Nosra « fait du bon boulot ». En clair cette politique étrangère animée par Fabius, promue par B. Henri-Levy et validée par Hollande (l’avis de M. Onfray sur cette question : ici) est une honte et une forfaiture pour un pays démocratique comme se veut la France…

Ainsi, la France qui se veut pays des droits de l’homme, qui se veut démocratique se doit d’être responsable des agissements de son gouvernement. M. Laurent Fabius qui en 1999 s’était vu jugé « Responsable mais pas coupable » dans l’affaire du sang contaminé a agit dans l’affaire de la guerre civile Syrienne de façon irresponsable et coupable !!!

En tout état de cause et pour en revenir à mon propos initial sur les réfugiés syriens. La France a élu démocratiquement le Président de la République Française François Hollande et ce dernier qui est irresponsable sauf en cas de haute trahison a nommé successivement JM  Ayrault et M. Valls à la tête de l’exécutif et ces deux ministres ont nommé Laurent Fabius au poste de Ministre des affaires étrangères et du développement international or si le procès du sang contaminé en 1999 aboutit à innocenter Laurent Fabius et Georgina Dufoix quand Edmond Hervé est « dispensé de peine » il n’est pas dit que L. Fabius puisse s’en tirer à aussi bon compte si une action en justice était portée contre lui dans l’affaire de la guerre civile syrienne. Mais comme le gouvernement est responsable politiquement des conséquences de ses actes alors la France toute entière doit assumer une partie des conséquences de la guerre civile en Syrie puisque c’est elle qui a fourni des armes, désigné l’homme à abattre (…celui qui ne mérite pas de vivre sur terre) et donc incité à la guerre civile….


Aussi pour clore cet article on pourra dire qu’il est clair que la France doit financièrement dédommager les réfugiés syriens, que tous les français sont refugies_syrien_sur_lile_de_lesbos_le_2015_08_07_afpcorrélativement et démocratiquement responsables de cela et que oui madame Le Pen il faut les aider et que madame Le Pen le veuille ou non si d’aventure elle arrivait au pouvoir elle devrait assumer l’héritage des précédents gouvernements français et accueillir les réfugiés syriens prioritairement aux autres personnes en difficulté cela fait partie de la fonction…

Présidentielles 2017 semaine 1 : Conférences pour neurones aguerris !!!

Alors que nous approchons à grands pas de l’élection Présidentielle, l’on s’attend à voir fleurir des débats remplis de réflexions, de questionnements voire de solutions à proposer…
Notamment au vu du BREXIT et d’un éventuel FREXIT on devrait s’attendre à voir les uns et les autres argumenter en faveur ou en défaveur d’un FREXIT, or au lieu de cela, la question est taboue…
Résolument la presse semble s’en abstenir, les politiques semblent ne pas connaitre le sujet, tout le monde semble avoir peur d’être taxé de Frontiste alors que le fait de laisser penser que Marine Le Pen à le monopole de la question est la meilleure façon de lui livrer en patûre toute la sphère Eurosceptique…
Je vous propose dans la suite de ce message la conférence d’un énarque qui n’est certainement pas d’extrême droite et qui ose poser la question « La France doit-elle quitter l’Union Européenne ? »
Curieusement alors que cette conférence avait lieu en 2013 dans une université, les caciques de cette dernière ont tous demandé à ne pas apparaitre sur la vidéo. Leurs visages ont dû être masqués à l’aide de trapézoïdes noirs…
Aussi la vraie question est-elle de savoir si il est permit de parler de la Sortie de la France de l’Union Européenne ?
ça dure 35 minutes mais cela vaut le coup d’écouter cet homme !!!
Ps : si cela vous a plu, je vous invite à écouter celle de Vincent Brousseau ex-économiste à la Banque Centrale Européenne qui nous explique :
– que la monnaie Euro est une impasse
– que la monnaie Euro n’existe pas telle que l’on se la représente
– que les monnaies nationales existent encore mais qu’elles n’ont pas cours légal
– que Chypre est déjà sortie de la zone Euro
– et pas mal d’autres surprises encore…
Par contre pour la conférence de Brousseau il faut vraiment disposer de neurones en bon état de marche….
J’attends vos retours sur les deux sujets mais n’hésitez pas à faire circuler…
au plaisir de vous lire…
Didier Jeanne

La pensée disloquée !!!

tete-qui-explose-657x730Les choix des électeurs, lors du vote du Brexit, lors de l’élection du Président ses Etats-Unis, ainsi que le déboulement en tête de François Fillon lors du premier tour des primaires de la Droite ont constitué des surprises fortes eût égards aux estimations avisées des instituts de sondages…
L’on pourrait être amené à se poser la question de savoir si ce n’est là le fruit d’une volonté collective camouflée dans quelque interstice de la sociologie humaine que de faire mentir les sondeurs de Bonne aventure ? Néanmoins ce n’est pas là le parti qui sera pris dans la suite de cet article, nous exposerons l’idée que la société moderne a dorénavant franchi un Rubicon de la pensée qui pour l’heur pourrait expliquer ces votes…
Afin d’explorer notre propos nous poserons que le constat peut être fait qu’il y a un décalage du penser entre les héritiers d’une culture textuelle et les habitants de l’hypertexte. Ce décalage semble d’autant plus marqué que l’on s’adresse aux jeunes qui ne semblent pas être au monde comme nous, les tenants de la tradition écrite.

La culture du texte, suppose un positionnement dans le temps, un positionnement entre un début et une fin, une progression linéaire sans à-coups moyennant l’observance de règles qui organisent le cheminement du lieu. L’inobservance des règles crée une béance dans le sens, voire un contresens dans le cheminement du discours et cela se traduit tout de suite par une faute. L’ensemble des règles décrivant un parcours sensé d’un texte est la grammaire de celui-ci. C’est ainsi que Georges Steiner a pu dire de la grammaire que c’était « l’organisation articulée de la perception, de la réflexion et de l’expérience, la structure nerveuse de la conscience lorsqu’elle communique avec elle-même et les autres. [1]». Il n’y a pas de texte sensé sans une grammaire afférente.

Les médias de communication actuels, les réseaux sociaux ainsi que toute la webosphère n’ont pas une grammaire apparente ou du moins on pourrait dire que leurs seules grammaires sont technologiques et infrastructurelles et qu’elles se soustraient ainsi à la perception de leurs utilisateurs… Dès lors le message transmis semble ne contenir que son sens propre… Encore qu’à l’ère de l’hypertexte nous serions tentés de donner raison au génial Marshall Mac Luhann qui disait que le message était le médium… « Dans une culture comme la nôtre, habituée de longue date à tout fragmenter et à tout diviser pour dominer, il est sans doute surprenant de se faire rappeler qu’en réalité et en pratique, le vrai message c’est le médium lui-même, c’est-à-dire, tout simplement que les effets d’un médium sur l’individu ou sur la société dépendent du changement d’échelle que produit chaque nouvelle technologie, chaque prolongement de nous-même dans notre vie. »[2]. Cependant nous dirons que le médium formatant le message, formate aussi l’esprit et formate ainsi la pensée de la société…
Dit autrement, et au travers des explications qui nous préoccupent, un message textuel transmis avec nécessairement sa grammaire, les règles afférentes transmet un mode de pensée organisée, structurée, consolidée… Alors qu’un message transmis dans un hypertexte disloque l’ordonnancement des faits, déstructure la linéarité, fracture la temporalité et donc déverrouille et disloque la pensée….
La dislocation de la pensée n’est pas l’explosion de toute cohérence, c’est simplement et pour l’instant la disparition de liens, de liants entre les faits. C’est l’abolition de la causalité, l’affranchissement des conséquences, l’impérium de l’instant présent.
Politiquement c’est la possibilité de défendre la préférence nationale sans être d’extrême droite, c’est défendre un revenu universel pour tous sans être de gauche, c’est revendiquer nos ancêtres les gaulois sans être français, c’est l’effondrement des identités anciennement construites d’assemblages hétéroclites, c’est le règne de la diversité à laquelle s’adosse des choix pour in fine constituer l’égo. Ce sont des égos qui ne s’imposent pas les propriétés des Egos, des modèles ni des principes des partis politiques… Ce sont des partis politiques qui deviennent des mosaïques de menus de programmes politiques et le bulletin de vote qui est dorénavant un outil de zapping qui permet de passer du jour au lendemain d’un programme en couleurs à un programme en noir et blanc sans coup férir.

Il n’y a plus d’identités, il n’y a que des choix instantanés qui n’engagent personne. Nous sommes dans l’hypermonde !

Le choix est porté par chacun, ainsi que les règles et les conséquences aussi.

La violence vue de l’extérieur n’existe plus, seule existe la pulsion et la nécessité de survie où l’impérium de l’assouvissement de la pulsion. Il n’y a plus de meurtres violents il y a simplement celui qui s’est défendu, celui qui a défendu son honneur, celui qui faisait du business (« Mickael j’avais beaucoup de respect pour ton père, mais il pensait à l’ancienne et le business ne peut pas se permettre cela. J’ai donc dû chercher à l’éliminer mais soit assuré de tout mon respect pour lui »[3].

Cet exemple pour surprenant qu’il puisse paraître nous révèle cependant que même si la grammaire du texte disparait, même si l’hypertexte disloque la pensée, il est une grammaire qui reste et demeure et triomphe, c’est celle de l’argent. C’est cette grammaire qui dorénavant dicte les lignes de conduite, que ce soit lors du vol d’un téléphone portable, que ce soit lorsqu’il s’agit de mettre au chômage 500.000 individus, que ce soit ce qui doit conduire à la guerre, peu importe l’argent est là et il nous impose son impérium…

 

Aussi les téléspectateurs en sont réduits eux aussi à optimiser leurs choix politiques en fonction de celui qui leur procurera la meilleurs espérance de revenu. Celui qui sera élu sera celui qui totalisera la plus forte espérance totale de la part de ses électeurs.

En tout état de cause, cette disruption, cette dislocation de la pensée n’est pas en soi bonne ni mauvaise, bien ou mal. ELLE EST dangereuse car cet impérium de l’argent n’a pas de contre-pouvoir !!!

C’est là le tournant que le pouvoir du peuple est en train de prendre. C’est là que dorénavant face à la déchéance des partis traditionnels muselés pour les pouvoir de l’oligarchie, la démocratie se libère, s’ébroue et cherche à désarçonner ceux-là même qui il y a peu la chevauchait, fiers et arrogants. Cette démocratie cherche un champion qui sache reconnaitre son intelligence, il lui faut du sang neuf !!!

Il lui faut un leader qui accepte de mettre en place un contre-pouvoir qui ne soit pas celui du marché, qui soit celui du contrôle démocratique et qui soit conforme à l’expression de son peuple… Evidemment il n’en faudra pas moins qu’il ne soit pas populiste. Aussi la seule façon qu’aura le peuple de se prémunir d’un populiste sera de faire constamment appel à sa propre intelligence !!!
En conclusion cette dislocation de la pensée risque de conduire à une refondation du politique et en ce qui concerne la France, il faudra pour le moins envisager fort probablement une nouvelle constituée adaptée à l’école actuelle….

Didier JEANNE

 

[1] Georges STEINER : « Grammaires de la création » 2001

[2] Marshall MAC LUHANN : « Pour comprendre les médias » 1964, première phrase du chapitre 1er.

[3] Le parrain I (Solozo s’adressant à Michael Corléone dans le restaurant,.. juste avant que ce dernier ne tue le premier)

Lorsque l’espoir s’éloigne…

Lorsque l’espoir s’éloigne, le doute s’installe, la peur survient et la violence s’empare des uns et des autres…

Le crime qui a eu lieu à Lacroix le mardi 13 septembre 2016 est une horreur absolue car bien évidemment il s’agit pour la famille du jeune Yohann EQUINOXE d’un cataclysme à nul autre pareil et nous ne pouvons que nous incliner le plus respectueusement et le plus sincèrement possible devant la dépouille de la jeune victime ainsi que devant la douleur de la famille. Nous devons fléchir le genou et courber la tête en signe de compassion absolue car la famille du jeune garçon est blessée, la jeunesse du pays est meurtrie et la population de la Guadeloupe est touchée…
Malgré l’horreur de ce drame et quelques heures après sa survenance, encore quelque peu ébaubis, il convient néanmoins de sortir de la sidération légitime dont nous fûmes saisis et de tenter d’analyser ce qui s’est réellement passé ce Mardi 13 Septembre 2016…
Au risque de choquer et encore une fois en insistant sur la déférence sincère que nous déposons à l’endroit de la famille du jeune Equinoxe, je dirais qu’il n’y pas eu qu’un seul drame lors de cet évènement mais il y en a eu pour le moins trois…

  • Le premier est bien évidemment le fait qu’un jeune homme de 15 ans perde la vie pour un motif d’une effroyable futilité. D’autant plus tragique de ce fait, que ledit jeune homme s’était comporté de façon héroïque et fidèle à l’esprit de nos ancêtres marrons, s’était révolté et s’était engagé dans une confrontation l’opposant à l’iniquité absolue d’un racket organisé par un de ses pairs…
    • Quel espoir laisse-t-on à la jeunesse de ce pays ?
  • Le deuxième drame est qu’un jeune du même âge ait pu frapper à sept reprises un jeune homme comme lui, qui aurait pu être son frère, son pote… Il ne s’agît pas d’une blessure unique, perpétrée une seule fois. Il s’agit de sept coups, portés avec l’intention avérée de nuire, visant des zones vitales… Un jeune de quinze ans lui aussi, mais qui n’était pas connu des services de police pour de tels actes. Néanmoins il est clair qu’il savait ce qu’il faisait, qu’il savait comment faire et que quelque part il avait une familiarité bien singulière avec ce type de violences…
    • Qu’il y a-t-il dans la tête de nos jeunes ?
  • Le troisième drame, pour symbolique qu’il soit, n’en demeure pas moins effroyable. Symbolique il l’est car il représente la jeunesse qui tue la jeunesse… C’est-à-dire l’espoir qui tue l’espoir, c’est-à-dire encore l’espérance qui tue un meilleur futur possible. Pour dire les choses autrement il s’agit d’un jeune et donc d’un devenir, d’un espoir qui tue un jeune, un espoir qui par ses études, par sa situation, travaillait à construire son futur. Il s’agit d’un jeune qui pour un motif d’une effroyable banalité élimine un jeune homme plein d’espoir qui de surcroît est courageux. Il s’agit d’une jeunesse désespérée qui s’estimant désargentée, pour des motifs bassement matériels, totalement mercantiles, tue, détruit, rabaisse, annihile, une jeunesse fière, courageuse, studieuse en construction du devenir du territoire.
  • Guadeloupe qu’as-tu fait de ta jeunesse ?

D’autant plus sinistre cette dernière phrase qu’il n’y a pas moins d’une semaine on dénonçait en Guadeloupe une baisse des effectifs scolaires alors même qu’en France hexagonale on se félicitait d’une hausse des effectifs scolaires hexagonaux. Dans le même ballant on rajoutait que notre population vieillit, que notre jeunesse quitte le territoire et donc que même l’espérance s’en va…

Si même l’espoir s’enfuit de la boite de Pandore, il nous restera néanmoins au fond de cette boite, griffonné sur un bout de papier deux mots : « QUE FAIRE ? »
Que faire ?

La sidération passée, nous en sommes rendus à cette question : que faire ?
Indubitablement, la violence a atteint un tel niveau sur notre territoire (pour mémoire les taux d’homicide volontaire par an pour 100 000 habitants en 2008 :

  • France hexagonale : 1.2
  • Martinique : 4.2
  • Etats-Unis : 4.2
  • Guadeloupe : 7.0
  • Guyane : 13.3

source : UNODC [1]2008 ) qu’il convient de guérir ce mal endémique.
Ainsi afin de guérir ce mal endémique il faut effectivement renforcer les effectifs de policiers. A ce propos il n’est pas nécessairement juste de penser que DOM sont une fois de plus des laissés pour compte en matières d’effectifs de forces de l’ordre car il est avéré que la France fait figure d’anomalie en Europe tant les moyens sollicités sont faibles eût égards aux niveaux de violence atteints : Plus de crimes violents et moins de policiers sur le terrain : pourquoi la France sécuritaire fait figure d’anomalie en Europe. (source Atlantico). Donc oui, il faut renforcer les effectifs de police et surtout éviter le phénomène de diffusion d’armes dans la société civile. La constitution de milices privées comporte trop de risques pour le moment eût égard au taux d’imprégnations psychologique des actes de violences dans la société Guadeloupéenne actuelle (je m’en expliquerai plus loin).

Il me semble donc nécessaire de guérir rapidement et pour ce faire d’y mettre les moyens car la Guadeloupe est sous -équipée en matière de forces de l’ordre.
La guérison et les moyens afférents est la réponse à apporter au court terme, à l’urgence due à la situation. Par contre il est clair que toute la société Guadeloupéenne et même française baigne dans un climat délétère et manifeste de violence qu’il convient de réguler grâce à une politique de prévention idoine….

Même s’il n’est pas juste d’attribuer à la télévision toutes les causes de la violence, il n’en demeure pas moins qu’elle en suscite un nombre non négligeable mais aussi compte -tenu du volume horaire qu’elle occupe dans le processus cognitif des plus jeunes et des moins jeunes, il est indéniable qu’elle participe à alimenter ce climat de violence étant donné tout ce qu’elle donne à voir. Une étude du CSA de 1994 indiquait que sur les chaines nationales d’alors, une heure de télévision vous exposait à 10 scènes violentes. C’est donc dire qu’en Guadeloupe ou la durée moyenne quotidienne de visionnage de la télévision est de 5 heures, en une année un spectateur guadeloupéen moyen observe 18.250 scènes violentes par année. Corrélativement à ce volume important de scène violentes visualisées, il y a une esthétisation de la violence dans certains films (Quentin TARRANTINO par exemple : DJANGO, KILL BIL, …). Ainsi le volume important de scènes de violences, la valorisation positives de certaines d’entre elle par l’entremise de l’esthétique cinématographique, contribuent fortement à banaliser voire à positiver la violence…

J’en veux pour preuve cet extrait du Rapport annuel du CSA de 1997 : « Signalétique et violence des images

Un certain nombre d’événements récents ou de faits divers tragiques ont porté la violence des jeunes sur le devant de la scène médiatique. Cette évolution n’est pas uniquement française, et nous pouvons constater, dans nos échanges avec des responsables japonais ou américains, que le problème de la violence juvénile se retrouve dans toutes nos sociétés développées : pertes de repères, difficultés d’adaptation à un monde dont les règles ne sont pas comprises, ou mal admises.

Il n’est pas équitable de rendre la télévision ou le cinéma responsables de tous les accès de violence de la société. Mais il reste légitime de s’interroger sur l’influence sur certains jeunes vulnérables d’une certaine esthétique de violence, d’une complaisance dans l’exhibition d’actes violents. Nous savons tous que la télévision n’est pas l’unique responsable de tel ou tel acte. Mais nous ne savons pas jusqu’à quel point elle ne porte pas une part de responsabilité dans la banalisation de certaines formes de violence. C’est la raison pour laquelle la première mesure, et la plus importante, consiste à donner à chacun les moyens de contrôler les images qu’il regarde. Tout particulièrement pour que les jeunes enfants ou les adolescents puissent en être protégés, ou, dans le cas où ils les verraient, pour qu’ils aient conscience « du bien et du mal ».

Il est largement illusoire de croire que l’on peut protéger totalement les enfants de la violence. Une étude récemment réalisée à notre initiative a montré que les images violentes les moins tolérées par les enfants sont celles des informations télévisées. Va-t-on proscrire de l’information tout ce qui est terrible ou insupportable, les images de famine, de guerre ? Peut-on gommer la violence du monde où nous vivons ? A l’inverse, il n’est pas possible de laisser se propager l’idée que la violence est autorisée, qu’elle est normale. Il est nécessaire que l’image participe à la prise de conscience collective, et qu’elle contribue à donner le sentiment que la violence est illégitime, qu’elle met en danger le pacte social et qu’il faut la refuser. La signalétique est là pour cela. Responsabiliser, faire prendre conscience à chacun des dangers encourus. »

Ce constat du CSA pour objectif qu’il soit doit immédiatement être tempéré par la parcimonie avec laquelle les chaines de diffusion exercent leur devoir de signalétique face à des scènes violentes. En d’autres mots, ce manque de signalétique conduit lui-même à banaliser la violence.
Autrement dit, pour revenir sur le point des milices armées précédemment évoqué, il convient d’indiquer que compte tenu du taux d’imprégnation d’actes violents de la société Guadeloupéenne (eût égard notamment à la forte durée de visionnage de la télévision dans notre département : 5h en Guadeloupe, contre 3h49 en France hexagonale : Médiamétrie 2012) l’apparition de milices privés risquerait de provoquer rapidement des affrontements entre des gangs et des milices, voire entre des milices et des milices du fait même que bon nombre de personnes sont familiers de ces situations grâce à l’entremise de la télévision….

 

Il me semble par ailleurs que la meilleure façon de prévenir la violence est de la chasser de notre quotidien. Pour cela il faut zapper les films et les scènes et les nouvelles violentes (il n’est pas normal que les journalistes ouvrent les journaux audio ou télévisuels par des faits divers violents même lorsque que ceux-ci sont d’une affligeante banalité….

  1. Il faut boycotter les films de guerre, de souffrance, de violence. Il faut discréditer les réalisateurs esthètes de la violences (ce sont pour beaucoup les fossoyeurs de nos jeunes…).
  2. Il faut que nous adoptions des modalités comportementales qui oblitèrent la violence.
  3. Il faut que nous perdions notre positionnement ontologique de victimes. Nous devons redevenir des acteurs sains de notre destin.
  4. Il faut aussi faire disparaitre dans nos discours entre nous-mêmes, avec nos enfants, avec nos collègues, nos subordonnés des propos psychologiques blessants. Même dans 92% des programmes pour enfants cette violence physique est présente et devrait disparaitre ( Insulte, humiliation, violence : bienvenue dans les programmes pour enfants : source : L’OBS le plus)

En d’autres termes, il faut débusquer la violence et la chasser de nos esprits !
Ce n’est qu’à ce prix que la Guadeloupe retrouvera à moyen terme un climat psychologique apaisé !

 

Didier JEANNE

Président de l’Association Collectif Vigilance Citoyenne

 

[1] UNODC : Office des Nations unies contre la drogue et le crime